Les émissions de gaz carbonique (CO2) et le réchauffement
de la planète :

Les trains et les vols en opposition . . .

www.seat61.fr - « L'Homme du Siège 61 » - Comment voyager en train de France vers n'importe où en Europe...

Accueil Plan du site Recherche Rechercher un hôtel Billets de ferry À propos de nous Contactez-nous Vie privée et cookies

Veuillez noter que la dernière mise à jour de cette page a été faite avant le changement de l’horaire en décembre 2013 et que la page ne sera plus mise à jour.

Pour vérifier les horaires en vigueur à partir de cette date nous suggérons que vous consultez le site web (langue anglaise) www.seat61.com.

Réduisez vos émissions de gaz carbonique (CO2) en prenant le train, de jusqu'à 91 % ...

Ce n'est pas une science exacte et certainement nous ne sommes pas experts, mais on se rend compte de plus en plus que le changement climatique est vraiment une réalité. Par rapport au réchauffement de la terre, les vols en avion constituent le contributeur qui connait l'essor le plus grand. La meilleure chose de loin que l'on puisse faire pour réduire son « empreinte carbone » et son propre impact sur l'environnement, c'est de renoncer aux avions et se servir des autres modes de transport, qui sont parfaitement faciles.

Eurostar s'est renseigné et a commandé des recherches indépendantes pour estimer le CO2 par passager produit au cours d'un trajet Londres-Paris en Eurostar contre celui produit quand le passager fait le même trajet en avion. Les recherches ont examiné les vrais chargements de passagers d'Eurostar, sa vraie consommation d'électricité, la manière dont son électricité est produite, en plus des vrais chargements des avions, leur vraie consommation d'électricité et ainsi de suite. La conclusion est remarquable : prendre le train à Paris plutôt que l'avion réduit les émissions de CO2 par passager non seulement d'un simple 10, 20 ou 50 %, mais d'un étonnant 90 %

Et vu le renforcement des mesures de sécurité aux aéroports, des enregistrements des bagages qui peuvent se prolongent pendant jusqu'à deux heures même pour un vol qui ne durera qu'une heure, en plus du temps et du coût entraînés en allant à un aéroport lointain au point de départ et partant d'un autre au point d'arrivée, prendre le train d'un centre-ville à un autre réduira probablement vos niveaux de stress d'un pourcentage semblable.

Au fait, l'avantage environnemental de prendre le train au lieu de l'avion peut aller beaucoup plus loin que 90 %. Les avions dégagent leur CO2 directement dans les couches supérieures de l'atmosphère, où il est bien disposé de causer plus de deux fois plus les dommages que le même volume causerait s'il était dégagé au niveau du sol (les estimations varient entre deux et trois fois plus, mais le chiffre souvent cité est 2,7 fois). Ce chiffre ne paraît pas chez les conclusions publiées par Eurostar.

Voici un certain nombre de comparaisons estimées (elles ne montrent que les quantités de CO2, à l'exclusion de l'effet sur les couches atmosphériques supérieures) :

Émissions de CO2 (par passager)

 
Trajet : Aller et retour en avion : Aller et retour en train : %
Londres-Paris en Eurostar 3,5 heures, 244 Kg/CO2 2,75 heures, 22 Kg/CO2 = 91 % de moins
Londres-Édimbourg 3,5 heures, 193 Kg/CO2 4,5 heures, 24 Kg/CO2 = 87 % de moins
Londres-Nice 4 heures, 250 Kg/CO2 8 heures en Eurostar + TGV, 36 Kg/CO2 = 85 % de moins
Londres-Barcelone 4,5 heures, 277 Kg/CO2 Eurostar + train de nuit, 40 Kg/CO2 = 85 % de moins
Londres-Amsterdam 4 heures, 136 Kg/CO2 La nuit en Dutchflyer + ferry, 27,2 Kg/CO2 = 80 % de moins
Londres-Dublin 4 heures, 174,8 Kg/CO2 8 heures en train + ferry, 46,8 Kg/CO2 = 73 % de moins
Londres-Tanger 5 heures, 435 Kg/CO2 48 heures en Eurostar, trains de nuit + ferry, 63 Kg/CO2 = 85 % de moins

Les durées représentent les temps demandés pour aller d'un centre-ville à l'autre et pour l'aller et pour le retour. Les poids représentent le nombre de kilos de CO2 émis par chaque passager au cours d'un retour. La source est l'édition du journal « The Observer » publiée le 29 janvier 2006, sauf les trajets Londres-Paris (dont les données sont prises des recherches indépendantes commandées par www.eurostar.com), Londres-Dublin et Londres-Amsterdam. Les données pour les trajets Londres-Amsterdam et Londres-Dublin sont calculées d'après le chiffre enregistré par le Département de l'Énergie et du Changement Climatique (DECC) et le Département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires Rurales (DEFRA) du gouvernement du Royaume-Uni, de 22,54 grammes de CO2 émis le passager-kilomètre, multipliés par la distance en ferry (201 kilomètres Harwich-Hoek et 105 kilomètres Holyhead-Dublin), en plus des correspondances de trains, calculées avec l'aide de www.ecopassenger.org. Il est supposé que les vols assurent les services Luton-Schiphol et Londres-Dublin.

L'initiative d'Eurostar : « Voyage Vert (Tread Lightly) »

En plus du simple fait de produire plus de 90 % moins de CO2 que le vol équivalent, Eurostar a promis de réduire ses propres émissions de 50 % avant 2012 et de compenser gratuitement le CO2 produit par passager à partir de novembre 2007, ce qui signifiera que les trajets Eurostar se conformeront à l'esprit de la neutralité-carbone en ne coûtant rien aux passagers. D'ailleurs, Eurostar a lancé une initiative « Voyage Vert », qui examinera la possibilité de recycler ses propres déchets et les déchets ramassés des trains. Bravo, Eurostar… Pour se renseigner sur ces initiatives et sur les recherches d'Eurostar sur les émissions, voir www.eurostar.com. Mise à jour : Eurostar a réussi à réduire ses émissions de CO2 par passager de 31 % avant le début de 2009 (en avance de trois ans sur son objectif). Il a maintenant révisé son objectif en hausse à 35 %.

Où est-ce que je peux acquérir des chiffres précis sur les émissions de CO2 ?

Une bonne source pour des comparaisons des émissions des trains, des avions et des voitures en Europe se trouve sur www.ecopassenger.org, qui met en comparaison les émissions des trajets tels que Birmingham-Paris et Paris-Rome.

Les TGV qui passent à travers la France sont semblables techniquement aux trains Eurostar et consomment leur électricité des mêmes sources. Donc, il est bien possible que les TGV limitent les endommages subis par l'environnement autant que les trains Eurostar en comparaison avec les vols. Les trains de nuit qui passent à travers la France en Italie, en Espagne ou au sud de la France peuvent transporter moins de passagers par voiture qu'un TGV comme ceux d'Eurostar, mais d'autre part les premiers font du 160 km/h ou moins et donc consomment beaucoup moins d'énergie qu'un TGV qui la dévore et fait à peu près du 300 km/h. Pour le dire d'une autre manière, un train de nuit transporte plusieurs cent passagers dans une seule locomotive traditionnelle, alors que les trains Eurostar sont constitués de deux grands moteurs en plus de deux bogies propulsés dans les voitures de voyageurs qui y sont adjacentes. Donc, il est aussi bien possible que les trains de nuit réduisent les émissions de CO2 autant que les vols.

En ce qui concerne les calculs des émissions de CO2, les ferrys étaient problématiques à cause du besoin de répartir les émissions de gaz entre la cargaison, les automobilistes et les passagers sans véhicule, qui sont tous transportés par le ferry. Le DECC et le DEFRA ont cependant réparti les émissions de CO2 des ferrys d'après le poids, ce qui donne un chiffre de 22,54 grammes de CO2 par passager sans véhicule.

Mais n'est-il pas possible de compenser le CO2 émis au cours d'un vol ?

Après avoir consulté plusieurs experts, il est convenu que la « compensation » des émissions ne fournit pas de solution à long terme du problème du changement climatique – d'une part parce que votre argent n'arrive pas toujours à la bonne destination (il y a eu un certain nombre de scandales et en tout cas beaucoup de votre argent disparaît dans des « coûts d'administration »), d'autre part parce que le nombre de parcs d'éoliennes qui peuvent être construites et de nouveaux forêts qui peuvent être plantés, est limité. Surtout, la « compensation » excuse simplement l'industrie touristique de continuer à polluer sans changer ses pratiques d'entreprise. La bonne solution des émissions de CO2 n'est pas de les compenser, mais tout d'abord d'arrêter de produire tant de CO2.

Solutions qui évitent le besoin de prendre l'avion...

Les autres modes de transport sont plus faciles et plus pratiques que l'on peut penser. Pour des instructions point par point sur l'organisation et la réservation des trajets en train du Royaume-Uni à presque n'importe quel autre pays européen sur ce site web, il ne faut qu'utiliser le menu à gauche.

Se faire du bien et faire du bien à la planète...

L'Homme du Siège 61 n'a pas lancé les sites Web seat61 pour éviter de prendre l'avion, ou pour de raisons environnementales ou pour des autres. Il a commencé parce que voyager en train, par voie de terre, peut se révéler tellement plus agréable et épanouissant que l'expérience commerciale de voyager en avion d'aujourd'hui. Dans un monde de plus en plus mondialisé, où tous les vols se réduisent à la même non-expérience stressante, les trains et les ferrys vous présentent plus du pays que vous visitez et sa culture. Quand on est en déplacement pour affaires, voyager en train peut se révéler productif parce qu'il offre de l'espace pour travailler et des prises de courant dans beaucoup de trains à côté des banquettes de première classe. Dans son temps libre, les heures passées en train peuvent constituer des vrais bons moments avec les êtres qui vous sont chers. Il est bien possible que vous trouviez un voyage en train une expérience plus intéressante et plus enrichissante, qui en fait ne demande pas beaucoup plus de temps que voyager en avion...



Retour à la page « De France vers n'importe quelle destination en Europe »

Retour à la page d'accueil